Arrestations de Picquart et Esterhazy

65 Le Rire 13 août 1898 Picquart et Esterhazy

Commentaires

La confusion règne dans l'Armée française qui arrête d'abord Esterhazy, à la grande joie des juifs criant "Vive Dreyfus" avant de le libérer et d'emprisonner le lieutenant-colonel Picquart, à la grande joie de la bourgeoisie anti-dreyfusard.Dessin du Fischietto, Turin, repris dans Le Rire.

Auteur

Non déterminé

Date

13 août 1898

Origine

Le Rire, 13 août 1898

Mots-clés

  • Affaire Dreyfus
  • Esterhazy
  • Picquart . Italie