La Kermesse ou Noce de village

Image - La Kermesse ou Noce de village

Commentaires

"M. Madinier se taisait pour ménager un effet. Il alla droit à La Kermesse de Rubens. Là, il ne dit toujours rien, il se contenta d'indiquer la toile, d'un coup d'oeil égrillard. Les dames, quand elles eurent le nez sur la peinture, poussèrent de petits cris ; puis, elles se détournèrent, très rouges. Les hommes les retinrent, rigolant, cherchant les détails orduriers. - Voyez donc ! répétait Boche, ça vaut de l'argent. En voilà un qui dégobille. Et celui-là, il arrose les pissenlits. Et celui-là, oh ! celui-là... Ah bien ! ils sont propres, ici !- Allons-nous-en, dit M. Madinier, ravi de son succès. Il n'y a plus rien à voir de ce côté."   (Emile Zola, L’Assommoir, Chapitre III, Paris, Gallimard, La Pléiade, p. 446).Dans Mes haines, Zola dira à propos de Taine : "C'est le compagnon de Rubens et de Michel-Ange, un des lurons de La Kermesse, une de ces créatures puissantes et emportées tordant leurs membres de marbre sur le tombeau des Médicis".Zola évoquera souvent le nom de Rubens dans sa critique d'art et plus généralement les Primitifs flamands : "Ainsi, dans La Kermesse de Rubens, le caractère essentiel, l'idéal, est la furie de l'orgie, la rage de la chair soûle et brutale"(M. H.Taine, artiste, 15 février 1866).

Auteur

Pierre Paul Rubens (1577-1640)

Date

1635-1638

Origine

Musée du Louvre, Paris

Mots-clés

  • Rubens
  • L'Assommoir
  • Louvre
  • Taine