Les casseurs de pierres

Image - Les casseurs de pierres

Commentaires

Bien que fils de paysan, Courbet fit des études au séminaire d'Ornans, puis au collège royal de Besançon. A vingt ans il partit pour Paris, décidé à se consacrer à la peinture. Il fut soutenu par Champfleury et par Baudelaire, et peignit dès lors des tableaux qui furent souvent mal accueillis : Les Casseurs de pierre (1849), L'Enterrement à Ornans (1850), Les Demoiselles de village (1852), Les Baigneuses (1853). Ses tableaux étant refusés à l'Exposition de 1855, il décida de les présenter lui-même au public. C'était la première exposition qui se déroulait hors de la manifestation officielle. Zola fut un fervent défenseur de Courbet."On parle de la grande médaille. Si j'étais Courbet, je ne voudrais pas, pour La Femme au perroquet, d'une récompense suprême qu'on a refusée à La Curée et aux Casseurs de pierres. J'exigerais qu'il fût bien dit qu'on m'accepte dans mon génie et non dans mes gentillesses." (Emile Zola, Mon Salon - L'Evénement, 15 mai 1866). 

Auteur

Jean-Désire-Gustave Courbet (1819-1877)

Date

1849

Origine

Autrefois à Dresde, aujourd'hui détruit

Mots-clés

  • Gustave Courbet