Locuste essayant en présence de Néron le poison préparé pour Britannicus

Image - Locuste essayant en présence de Néron le poison préparé pour Britannicus

Commentaires

"Mais je préfère passer tout de suite au tableau de Sylvestre, Locuste essayant en présence de Néron le poison préparé pour Britannicus ; le public et la critique portent aux nues cette toile. On dit même que le peintre, un homme très jeune encore, recevra une médaille d'honneur. Sylvestre a pris des leçons dans l'atelier de Cabanel mais il est clair que dès ses débuts il s'est montré capable de plus d'énergie et de force que son maître. La scène est conçue dramatiquement. Néron, très gros, la tête ronde, avec la physionomie immobile des empereurs romains telle que nous la préserve la sculpture antique, écoute les explications de Locuste, une grande femme noire, maigre et nerveuse, qui appuie familièrement la main sur le genou du maître. Devant eux un esclave, foudroyé par le poison, hurle par terre, agitant convulsivement les jambes. Il va de soi que cet esclave nu est mis là uniquement pour fournir à l'artiste un prétexte pour peindre un beau torse selon les règles académiques. Ce torse, très correct, est fatalement un peu froid, comme le sont les souffrances du malheureux ; la pose et le raccourci sentent trop l'artifice. Le fond du tableau, représentant un palais de marbre vert et jaune, frappe les yeux et je suppose qu'il n'est pas pour peu dans le succès de l'oeuvre, car si la foule s'arrête devant elle, c'est en grande partie parce que ce marbre donne un aspect original à la toile. Il est difficile de dire s'il y a chez Sylvestre un tempérament original, parce que jusqu'ici tous ses procédés font irrésistiblement penser aux procédés du maître. Mais il a probablement de la ténacité et c'est un mérite incontestable. Maintenant il ne lui reste qu'à se faire créateur."(Emile Zola, Lettres de Paris, juin 1876, Le Salon de 1876 - Deux Expositions d'art au mois de Mai). 

Auteur

Joseph Noël Sylvestre (1847-1926)

Date

1876

Origine

Musée d'Amiens

Mots-clés

  • Joseph Sylvestre
  • Salon